La transition écologique du Kazakhstan : l’influence de la Chine dans l’essor des énergies renouvelables

par | Mai 17, 2024 | ECOLOGIE | 0 commentaires

Le Kazakhstan amorce une transition verte ambitieuse avec un fort accent sur les énergies renouvelables. Sous l’influence croissante de la Chine, le pays s’engage à réduire ses émissions de carbone et à investir dans des technologies durables pour assurer un avenir plus propre.

Alors que pendant près d’un siècle, le Kazakhstan faisait reposer une partie de son développement sur l’extraction et la consommation d’énergies fossiles, le pays entreprend désormais une transition écologique ambitieuse en misant sur les énergies renouvelables. Une stratégie décidée par Astana mais appuyée par Pékin, qui investit massivement dans des projets d’énergie verte à travers le pays.

La transition énergétique du Kazakhstan

Depuis plusieurs années, le Kazakhstan s’est engagé dans une transition énergétique vers des sources plus propres et durables, avec une volonté politique affichée depuis plusieurs années de réduire ses émissions de carbone de 15 % d’ici 2030. Une transition massive et unique dans la région, qui est également soutenue par la mise en place d’un système national d’échange de quotas d’émission (ETS) et par des efforts visant à promouvoir les énergies renouvelables.

D’ailleurs, en plus de ces objectifs, le Kazakhstan a lancé plusieurs initiatives pour accélérer sa transition énergétique et notamment le triplement de sa capacité d’énergie renouvelable d’ici 2030, avec une attention particulière portée à l’énergie solaire et éolienne. Des projets majeurs sont désormais en cours de réalisation avec la construction d’une dizaine de parcs éoliens et de centrales solaires à grande échelle à travers tout le pays.

Le rôle de la Chine dans la transition énergétique du Kazakhstan

Cette transition écologique du Kazakhstan est étroitement liée à l’implication croissante de la Chine dans le développement des énergies renouvelables dans la région. En effet, depuis 2018, les grands énergétiques groupes chinois ont investi des centaines de millions de dollars pour des projets solaires et éoliens au Kazakhstan.

A LIRE :   Comment lutter contre les chenilles processionnaires du pin

Un déploiement qui s’explique en partie par la demande croissante du Kazakhstan en matière d’énergie verte, mais aussi par les incitations du gouvernement kazakh avec de nombreuses exemptions fiscales et subventions qui rendent ces projets plus attrayants pour les investisseurs chinois.

Ces derniers jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre de ces projets d’énergie renouvelable : d’abord en le finançant, mais aussi en apportant leur expertise technique et leur expérience dans le développement de parcs éoliens et solaires à grande échelle. Dans ce sens, de nombreux spécialistes qui ont déjà mis en place ce genre de système en Chine se déplacent au Kazakhstan.

Mais la transition écologique du Kazakhstan ne se limite pas à ses frontières. En tant que « pays central en Asie centrale », la politique énergétique du Kazakhstan a un « effet domino » dans toute la région, devant un modèle à suivre pour tous ses voisins et consolidant la sécurité énergétique de toute la zone. Car en réduisant sa dépendance aux combustibles fossiles et en investissant dans des sources d’énergie renouvelables, le Kazakhstan joue désormais un rôle clé dans la diversification du mix énergétique régional, condition essentielle pour assurer sa stabilité économique et politique à long terme.

Le kazakhstan a également l’ambition de s’imposer comme un des pionniers de la production d’énergie renouvelable en Asie puisque la plupart des pays autour du kazakhstan sont encore grandement dépendants des énergies fossiles. C’est une stratégie qui prend du temps et demande du financement sur le court terme mais qui devrait rapporter gros au kazakhstan sur le long terme.

Noémie autrice sur soutenir lecologie

Noémie Rousseau, Autrice sur soutenirlecologie.fr

En savoir plus sur Noémie Rousseau

Noémie à 27 ans et fait partie du collectif « Pour un réveil pour l’écologie » depuis ses 20 ans. Elle cherche à diminuer son empreinte carbone de manière quotidienne et cherche surtout à faire prendre conscience à chacun des dangers du réchauffement climatique pour que petit à petit les gens prennent conscience de l’importance de soutenir l’écologie.

DÉCOUVREZ NOS AUTRES ARTICLES

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *